« Là‐bas, tout est grand, tout est pos­sible » me dit‐elle avant qu’une feuille Excel ne capte nos vies.

Je me sou­ve­nais de Borges par­lant de la plaine : « de même que les hommes d’autres nations vénèrent et pres­sentent la mer, de même nous (y com­pris l’homme qui entre­tisse ces sym­boles), nous aspi­rons ardem­ment à vivre dans la plaine infi­nie qui résonne sous les sabots. »

L’infini cana­dien ne néces­site pas l’horizon et se nour­rit de ver­ti­cales.

British Columbia