Bonne cri­tique dans le numéro de novembre de L’Éducation Musi­cale (Paris, France) :

Créée le 13 mai 2012 à Bruxelles, cette œuvre a été ins­pi­rée par les confi­dences faites à l’auteur du texte par une jeune femme de répu­blique domi­ni­caine. El Niño de Ato­cha est un « enfant Jésus » local qui pro­té­geait des sor­ciers et cal­mait les peurs de la petite fille. L’alternance de deux thèmes musi­caux, l’un à carac­tère de ber­ceuse popu­laire, l’autre plus ryth­mique crée une ambiance typique. Bien que conso­nant, l’ensemble demande un chœur aguerri à cause de la vir­tuo­sité de cer­tains pas­sages, d’autant plus qu’il est impor­tant que le texte soit par­fai­te­ment com­pré­hen­sible. Mais on sera récom­pensé du tra­vail demandé par la beauté de l’œuvre.