Bonne cri­tique aussi, dans le même numéro de novembre de L’Éducation Musi­cale (Paris, France) :

Sur un texte en anglais, l’auteur nous pré­sente trois contes phi­lo­so­phiques libre­ment ins­pi­rés de trois mythes occi­den­taux : le pre­mier, ins­piré de Caïn et Abel, le deuxième du des­tin de l’acacia et le der­nier s’inspire de la légende de Saint Nico­las. L’ensemble laisse un rôle majeur aux par­ties ins­tru­men­tales qui dia­loguent constam­ment avec le chan­teur. Il y a un grand lyrisme dans cette œuvre atta­chante.