La soirée est douce, dans le quartier de Nahalat Shiv’a que je quitte. Les cocktails étaient variés, de même que les gens, les émotions. Amitié, séduction, incertitude, enthousiasme aussi. Si certains sont encore étudiants, d’autres lancent leur entreprise. Alors bien sûr, l’avenir est une grande affaire, on en cause. Les choix sont nombreux et il s’agit de ne pas se tromper. C’est cela, la civilisation, c’est avoir des choix, des rêves multiples, de l’insouciance. Et pour ça, il faut des routes, de l’eau courante, des écoles, et un passeport.

Le contraire de la civilisation – la barbarie – dispose d’une géométrie simple : elle est tout autour. Alors bien sûr, la civilisation se doit de se protéger.