Il s’appelle Ibrahim Arbid et vit dans la vieille ville de Jérusalem. Comme tous les jours, il attend au pas de sa porte, appuyé sur le porche et sur sa canne, que quelqu’un l’aide à faire les 500 mètres qui le séparent du Center for old men où il passe ses après-midi. Nous avons mis 40 minutes à parcourir cette distance. « Je suis musulman me dit-il, mais aussi un peu juif… » Arrivé au Centre for old men, je lis au frontispice la mention ordo fratrum minorum qui désigne les franciscains.

« Vous êtes aussi chrétien ?
– Tous les après-midis ! Vous voyez ces gens dans la rue qui tournent en rond n’entrent nulle part ? Ce sont des athées qui viennent nous prendre en photo. Moi je peux entrer dans chaque maison et dans chaque maison j’ai un ami. Ne tournez pas trop en rond et prenez de belles photos, mon ami. »