Sélectionner une page

Anamnèse est édité.

Anamnèse, pour chœur mixte et orchestre à cordes, est désormais disponible aux Éditions Delatour (France).

Écrite en collaboration avec le compositeur belge Michel Lysight, cette pièce s’ouvre sur une basse obstinée de six notes en valeurs régulières ; les différents pupitres de l’orchestre construisent sur cette basse un choral sur lequel se greffent progressivement deux motifs mélodiques énoncés par les voix du chœur. Le premier motif est chanté en canon à trois parties par les sopranos, altos et ténors tandis que seules les basses chantent le deuxième.

Le texte est né du constat que les six camps d’extermination nazis de la seconde Guerre Mondiale furent bâtis en Pologne. Ce fait historique, en contradiction avec le souci de rendement et d’optimisation des concepteurs de la Shoah, n’a jamais reçu d’explication satisfaisante. L’auteur imagine le questionnement de descendants polonais sur le rôle de leurs parents dans l’une des plus grandes entreprises de déshumanisation de l’histoire.

Chaque voix chante son propre texte, indépendamment des autres, incarnant d’abord l’horreur des prisonniers, puis celle, à quelques générations de distance, des jeunes Polonais découvrant l’histoire. Furtivement, ces voix individuelles convergent vers les mêmes sonorités, les mêmes mots et la même conscience.

La musique, très lyrique et expressive lorsque le texte énonce des paroles de prisonniers, devient nettement plus distanciée et froidement rythmique dans la partie centrale, au moment où le chœur égrène systématiquement les noms de chaque camp, comme pour en évoquer la totale déshumanisation. La dernière partie voit s’inverser les rôles de l’orchestre et du chœur : ce dernier chante le choral du début tandis que les deux motifs mélodiques sont joués par l’orchestre jusqu’à ce que le silence survienne abruptement.

anamnese

Huit compositeurs belges

De 2002 à 2004, la société belge des auteurs, compositeurs et éditeurs (SABAM) m’a commandé une série de très courts entretiens avec des compositeurs belges. Le contrat était très simple : ne pas dépasser 500 mots. Ceci réservait à la musique classique contemporaine une place proportionnelle à son intérêt économique dans le panorama culturel belge. Ceci permettait, parfois, d’aller à l’essentiel…

En voici la compilation :

Félix Snyers – interview

Interview du compositeur bruxellois Félix Snyers, à paraître dan s le prochain numéro de Sabam Magazine.

Jean-Marie Simonis – interview

Interview du compositeur belge Jean-Marie Simonis terminée et envoyée pour parution prochaine dans le Sabam Magazine.

Frédéric Devreese – interview

Joyeuse interview de Frédéric Devreese terminée, à paraître dans le prochain numéro de Sabam Magazine.

Piotr Lachert – interview

Interview lumineuse de mon ami Piotr Lachert, compositeur Belge et cosmopolite, envoyée pour publication prochaine à Sabam Magazine.

Michel Lysight

Interview du compositeur bruxellois Michel Lysight, à paraître dan s le prochain numéro de Sabam Magazine.

 

Wim Henderickx – interview

Interview de Wim Henderickx, compositeur belge à l’activité bouillonnante, envoyée pour publication imminente à Sabam Magazine.

Luc Van Hove – interview

Interview très intéressante du compositeur belge Luc Van Hove, envoyée pour publication dans le prochain Sabam Magazine.

Luc Brewaeys – interview

Interview de Luc Brewaeys, compositeur belge, terminée et envoyée pour publication prochaine dans Sabam Magazine.

L’audience planétaire

La musique passe naturellement pour un langage à même de transcender les autres, présentant une universalité qui ne s’encombre d’aucune frontière. Pourtant, les milieux de la musique ne ressentent guère la mondialisation comme un facteur épanouissant. Il y voient, au mieux, un défi. C’est que les changements induits par la globalisation altèrent profondément maisons d’édition et maisons de disques mais aussi le métier de composer et l’art d’écouter, de telle sorte que c’est l’ensemble de la chaîne musicale qui se trouve impliqué dans un processus de mutation qui le touche d’une façon fondamentale. Il ne s’agit pas ici d’une évolution mais bien d’une révolution.