Lorsque nous créons un objet, nous l’i­ma­gi­nons sou­vent pré­servé des effets de l’âge. Pour­tant, c’est la façon dont les contraintes de la phy­sique et de la chi­mie le feront vieillir qui lui confè­re­ront la noblesse ou l’ou­bli.
La rouille du monde est sa mémoire, son éclat est sa perte.

Andalousie