Se repérer

Une immense sur­face de béton se frag­mente en une mul­ti­tudes de zones dont je cherche l’af­fec­ta­tion. Il y a les zones de sta­tion­ne­ment et celles de cir­cu­la­tion. Pour les avions, les véhi­cules tech­niques, l’a­che­mi­ne­ment des voya­geurs et celui du...

Andalousie #4

Nous mar­chons sans trop savoir où nous allons, pous­sés par le soleil, atti­rés vers l’ombre, dans une recherche d’é­qui­libre tel­le­ment pré­sente qu’elle échappe à notre conscience. Et puis nous nous retrou­vons là, dans un lieu, dans une pos­ture que nous...

Andalousie #3

Lorsque nous créons un objet, nous l’i­ma­gi­nons sou­vent pré­servé des effets de l’âge. Pour­tant, c’est la façon dont les contraintes de la phy­sique et de la chi­mie le feront vieillir qui lui confè­re­ront la noblesse ou l’ou­bli. La rouille du monde est sa...

Andalousie #2

Sur les toits anda­lous s’é­tendent avec une len­teur sou­ve­raine des colo­nies de lichen. Les vivants recouvrent les morts, insen­sibles aux vents et aux formes de vies plus fugaces qui s’in­vitent le temps d’un été. Moi, je ne suis là qu’une soi­rée infime,...

Andalousie #1

Dans le laby­rinthe d’El Albai­cin, quand se sont tus les oiseaux et les enfants, notre seul guide est une lune rouge, fixe et mas­sive, posée là pour mille ans par les fils des fils d’U­mayya ibn “Abd Shams.

Schaerbeek #3

Le cra­que­ment de la branche morte, le glis­se­ment de la semelle sur la boue prise par le gel. Le pouls de la ville ne par­vient plus jusqu’ici. Seule la lente res­pi­ra­tion du monde. « Attends-moi, ça glisse ! » Elle semble s’accrocher à son...

Schaerbeek #2

Les voies fer­rées sont des bles­sures apai­sées, des cica­trices qui lient la ville à la cam­pagne. De part et d’autre des lignes d’acier s’étale un monde délaissé par les hommes et recon­quis par une nature hési­tante. Zones maré­ca­geuses, entou­rées d’herbes dures...

Shirakawago

Dans le vil­lage de Shi­ra­ka­wago, rien ne cherche à briller et toute quête de raf­fi­ne­ment serait obs­cène. La tasse sur la table est ter­reuse. Sa tex­ture mêle volutes et concré­tions. Ce sont les lentes épou­sailles d’un gris de plomb avec un brun crayeux qui,...

Tokyo #7

Nulle part la mathé­ma­ti­sa­tion de l’humain n’apparaît plus clai­re­ment qu’ici. Nous nous rêvons si dif­fé­rents. Nous le sommes si peu. Dans la popu­la­tion humaine, quelle que soit la variable consi­dé­rée, l’écart-type est...

Tokyo #6

À Tokyo la nuit tombe pas, elle se lève. De plus en plus de lumières s’allument à hau­teur d’yeux. Un ensemble de lignes, lettres et sym­boles de diverses cou­leurs éclosent par mil­liers, cen­taines de mil­liers, sai­gnant toute pénombre. Seul le large Sumi­da­gawa...

Tokyo #5

Inté­rieur et exté­rieur consti­tuent l’un des grands prismes japo­nais. Ce qui est inté­rieur est ce qui est clos, peu impor­tant qu’un toit le recouvre. Et l’espace inté­rieur est une recherche d’équilibre où chaque élé­ment doit trou­ver sa place exquise,...

Kyoto #2

Kyoto Nigh­thawks

Tokyo #4

Les jeunes Tokyoïtes kawaaï et gothiques ont grandi. Dans leurs garde-robes, elles ont rem­placé les réfé­rences manga par un dress code de salary women ou de pretty woman. Elles montrent tou­jours leurs jambes et conti­nuent d’ouvrir grands leurs yeux noirs mais...

Kyoto #1

Tran­cher, piquer et enfi­cher sont autant de meur­tris­sures qui doivent être évi­tées et, quand elles ne le peuvent, confiées à des offices dis­crets et reti­rés. Aucun clou dans les char­pentes com­plexes des temples kyo­toïtes, aucun cou­teau, aucune four­chettes...

Tokyo #4

En Occi­dent, notre corps est sacré et tabou. Nos vête­ments pro­tègent notre pudeur. La nudité n’est que dans l’intime ou dans l’obscène. Ici, au Japon, l’esprit per­son­nel est sacré et tabou. Alors que la nudité est visible dans tous les bains publics et que...

Tokyo #3

À Tokyo, les sans-abris ne men­dient pas, et rangent leurs affaires une fois réveillés.

Tokyo #2

Lignes, figures géo­mé­triques, hira­gana, kata­kana, kanji, romanji, chiffres et logos consti­tuent une galaxie séman­tique que je ne com­prends pas. Qu’indique, pour une langue, la néces­sité d’utiliser tant de sys­tèmes...

富士山

Au loin, Fuji­san. Il impor­tait de faire 9.500 km pour s’en appro­cher. Il importe main­te­nant de ne pas faire les der­niers kilo­mètres res­tant. Pour ne pas voir les tou­ristes, les détri­tus, la réa­lité qui entache nos rêves. La recherche de la dis­tance...

Tokyo #1

Le mou­ve­ment est notre seul pou­voir. Nous pou­vons prendre telle direc­tion qui nous rap­proche de choses et de gens et nous éloigne d’autres. Ce fai­sant, nous nous sen­ti­rons plus ou moins bien que dans notre posi­tion d’avant. Cette sen­sa­tion, et notre...

Aéroport

La condi­tion bétaillère de l’humain appa­raît sans fards dans les aéro­ports. Ici, à Charles de Gaule, le bétail se regroupe en trou­peaux dont le car­di­nal est déter­miné par la taille de l’avion. Chaque indi­vidu est tracé de mul­tiples façons pour la sécu­rité de...

New York #10

Une ville est un sys­tème, et un sys­tème c’est ça : un réseau com­plexe d’éléments en équi­libre plus ou moins dyna­mique, élé­ments ayant cha­cun une gran­deur et une direc­tion, un espace de vec­teurs. Alors, il y a bien sûr les dépla­ce­ments, les routes,...

New York #9

« Figurez-vous qu’elle était debout leur ville, abso­lu­ment droite. New York c’est une ville debout. On en avait déjà vu nous des villes bien sûr, et des belles encore, et des ports et des fameux mêmes. Mais chez nous, n’est-ce pas, elles sont cou­chées les...