L’Intel­li­gent Design est le masque poli­ti­que­ment cor­rect du créa­tion­nisme. Plu­tôt que d’affirmer que Dieu a créé le monde en six jours, l’Intelligent design cherche à démon­trer dans la com­plexité des méca­nismes du vivant la preuve que l’évolutionnisme est une théo­rie insuf­fi­sante.

Uti­li­sant habi­le­ment un rela­ti­visme absolu du genre « fumer ou pas, res­tons cour­tois » (sous‐entendant donc que fumer n’est pas dis­cour­tois en soi), ses défen­seurs luttent pour que l’Intelligent Design soit ensei­gné sur pied d’égalité avec le néo­dar­wi­nisme.

Les argu­ments avan­cés ne tiennent pas la route dans le milieu scien­ti­fique où il est assez simple de leur tordre le cou. Tou­te­fois, le pro­blème n’est pas de convaincre les scien­ti­fiques, mais les poli­tiques (qui votent les lois) et le grand public (qui élit les poli­tiques). Et là, le néo­dar­wi­nisme s’avère net­te­ment moins sexy que l’Intelligent Design.

Pour lut­ter pied à pied dans des conver­sa­tions de salon, il deve­nait donc néces­saire de construire une com­mu­ni­ca­tion adap­tée. C’est chose faite avec l’Incom­petent Design.

Voici quelques argu­ments mon­trant que ce Design n’est pas aussi Intel­li­gent que cela :

- Nos bouches sont sou­vent trop petites pour conte­nir toutes nos dents, et nombre d’entre nous doivent s’en faire extraire plu­sieurs. Soit nous avons évo­lué depuis un être qui avait un museau plus long, soit celui qui nous a créé s’est trompé dans ses plans !

- Nos sinus sont très mal drai­nés, com­pres­sés entre les os faciaux et notre boite crâ­nienne. Notre cer­veau est‐il plus gros que celui de notre créa­teur, ou ce der­nier s’est-il à nou­veau gouré ?

- Notre bas­sin est orienté pour mar­cher à quatre pattes comme les grands singes, c’est pour­quoi notre colonne ver­té­brale doit se tordre pour nous per­mettre de tenir debout. Le créa­teur était‐il sadique ou com­plè­te­ment saoûl ?

etc. etc.

Alain Van Kerck­ho­ven