Nobody really wants to hate each other but it’s tense. There’s a big reli­gion pro­blem in Jeru­sa­lem. So, it’s a city of racism. Jews won’t go in my shut­tle, and Arabs won’t go to the mall. There will never be peace here. – Asaad

Asaad me raconte ça alors que son shut­tle est à l’arrêt dans un embou­teillage. À trente mètres, la rue est blo­quée et un robot démi­neur des­cend len­te­ment la rampe métal­lique d’une camion­nette, entouré de quatre poli­ciers. « Il n’y a jamais rien, explique‐t‐il, mais ça leur fait des exer­cices en situa­tion réelle, ils montrent qu’ils sont les maîtres. »

Au‐dessus de nous, quatre F-16 de la Gene­ral Dyna­mics déchirent le ciel à basse alti­tude. Asaad sou­pire. Je vais me ras­seoir.

Une cre­vasse est appa­rue dans le sol de Jéru­sa­lem il y a long­temps, et se pro­page depuis.

Jéru­sa­lem sera bien­tôt la capi­tale du monde.