Une immense sur­face de béton se frag­mente en une mul­ti­tudes de zones dont je cherche l’affectation. Il y a les zones de sta­tion­ne­ment et celles de cir­cu­la­tion. Pour les avions, les véhi­cules tech­niques, l’acheminement des voya­geurs et celui du fret. Nul arbre, nul oiseau. Des machines, des hommes et des signes.

Zaventem