En mai der­nier (2008), les planches à billets zim­babwéennes sor­taient une cou­pure de 250.000.000 ZWD, signe d’une hyper­in­fla­tion esti­mée en juin à 9.030.000%. Dans l’hypothèse où ces chiffres veulent encore dire quelque chose, c’est-à-dire qu’il existe un mar­ché pour une telle mon­naie, 1 USD = 40.000.000.000 ZWD.

  • 1983 : USD $1 = ZWD 1$
  • 2000 : USD $1 = ZWD 1,000$
  • 2006 : USD $1 = ZWD 100,000$
  • 2006 : USD $1 = ZWD 500,000,000$
  • 2008 : USD $1 = ZWD 18,700,000,000$

Ancienne colo­nie anglaise, le Zim­babwe a gardé l’anglais comme langue offi­cielle, ce qui ne faci­lite pas les choses lorsque l’on mani­pule quo­ti­dien­ne­ment des sommes dépas­sant le mil­liard.

En fran­çais, les choses sont rela­ti­ve­ment simples :

  • un mil­liard = 1.000 mil­lions (10**9) ;
  • un billon = 1.000 mil­liards (10**12) ;
  • un tril­lion = 1.000.000 bil­lions (10**18) ;
  • etc.

Notons tou­te­fois que beau­coup de gens pense que mil­liard est le syno­nyme popu­laire de bil­lion, fai­sant ainsi une erreur d’un fac­teur 1.000.

En anglais, la confu­sion est encore bien pire, ainsi que l’explique l’excellent Neil Mink­ley. La signi­fi­ca­tion d’un terme tel que bil­lion varie selon le type d’anglais (Bri­tish ou Ame­ri­can), mais aussi selon le dic­tion­naire consi­déré.

Ainsi, selon le Harrap’s Una­brid­ged, « trillon » pourra être com­pris par un anglo­phone comme 10**12 (Anglais) ou comme 10**18 (Amé­ri­cain) :

Français    British English    American English
milliard    billion            billion
billion     trillion           trillion
trillion    trillion           quintillion

tan­dis que pour le Grand Dic­tion­naire Hachette‐Oxford, « tril­lion » est ambigu pour les Amé­ri­cains et « bil­lion » est ambigu pour les Anglais :

Français    British English    American English
milliard    billion            billion
billion     billion            trillion
trillion    trillion           trillion

En fait, les deux usages sont per­mis selon que l’on consi­dère une short‐scale accep­tion ou une long‐scale accep­tion (laquelle intègre aussi billiard et trilliard). Mais il ne semble guère exis­ter de conven­tion per­met­tant de tran­cher.

Pen­sée émue pour tous les Zim­babwéens qui se trouvent en aval de la planche à billets, et plus par­ti­cu­liè­re­ment pour les comp­tables.

avk

Sources :

Anglais pra­tique (Neil Mink­ley)

CIA fact­book

Wiki­pe­dia : Long and short scales

Wiki­pe­dia : Zim­babwe

World­bank

Alain Van Kerck­ho­ven